liste alphabétique
  recherche
Enciclopédia Itaú Cultural de Artes Visuais
 
       
 
oeuvres
biographie
sources de recherche



  suggestions

  Weissmann, Franz (1911-2005)        

Biographie
Franz Joseph Weissmann (Knittelfeld, Autriche 1911 - Rio de Janeiro RJ 2005). Sculpteur. Il arrive au Brésil en 1924. À Rio de Janeiro, de 1939 à 1941, il suit les cours d´architecture, sculpture, peinture et dessin à l´Escola Nacional de Belas Artes - Enba [Ecole Nationale des Beaux-Arts]. Puis, de 1942 à 1944, il étudie le dessin, la sculpture, le modelage et la fonte avec August Zamoyski (1893 - 1970). En 1945, il part à Belo Horizonte pour y donner des cours particuliers de dessin et de sculpture. Trois ans après, Guignard (1896 - 1962) lui propose d´enseigner la sculpture à l´Escola do Parque [Ecole du Parc], qui prendra par la suite le nom de Escola Guignard [Ecole Guignard]. Au début, son oeuvre se fonde sur le figuratif. À partir des années 50, il élabore progressivement un travail de tendance constructive, où il valorise les formes géométriques en les soumettant à des coupes et des pliures. Il travaille avec des plaques de fer, des fils d´acier, des baguettes ou des feuilles d´aluminium. Il entre dans le Grupo Frente [Groupe Frente] en 1955. L'année suivante, il retourne à Rio de Janeiro et prend part à l´Exposição Nacional de Arte Concreta [Exposition Nationale d'Art Concret] en 1957. Il est l'un des fondateurs du Grupo Neoconcreto [Groupe Néo-Concret] en 1959. Il part la même année en Europe et en Extrème Orient, et ne revient au Brésil qu´en 1965. Dans les années 60, il expose la série Amassados [Froissés] conçue en Europe avec des plaques de zinc ou d´aluminuim travaillées à coups de marteau, de massue et d´outils coupants. Il rejoint ainsi temporairement le courant de l´informalisme. Il se rapprochera plus tard des tendances constructives. Dans les années 70, il reçoit le prix du meilleur sculpteur de l´Associação Paulista de Críticos de Arte - APCA [Association Pauliste des Critiques d´Art], participe à la Biennale Internationale de Sculpture en Plein Air, à Anvers, en Belgique, et à la Biennale de Venise. Il réalise des sculptures monumentales pour les espaces publics de plusieurs villes brésiliennes, comme la Place de la Sé, à São Paulo; le Parc de la Catacumba, à Rio de Janeiro; le Palais des Arts, à Belo Horizonte.

Commentaire Critique
En 1921, Franz Weissmann arrive au Brésil avec sa famille et s'installe dans l'Etat de São Paulo. En 1927, il part vivre à São Paulo, où il enseigne le portugais aux étrangers. C'est en allant à des expositions qu'il entre en contact avec l'art plastique. En 1929, sa famille emménage à Rio de Janeiro. Il suit le cours préparatoire d'entrée à l'Ecole Polytechnique, comme il le désirait depuis son enfance. Mais en 1939, il décide d'entrer à l'Escola Nacional de Belas-Artes - Enba [Ecole Nationale des Beaux-Arts], à Rio de Janeiro. Pendant deux ans, il suit les cours d'architecture, de peinture, de dessin et de sculpture. Cependant, il ne s'adapte pas à l'enseignement de l'Académie et la quitte en 1941 afin d'étudier dans l'atelier du sculpteur polonais August Zamoyski (1893 - 1970), avec qui il apprend les techniques traditionnelles de sculpture de 1942 à 1943.

Entre la fin 1944 et le début 1945, Franz Weissmann décide d'effectuer une "retraite volontaire" afin de se libérer du "poids académique". Il s'installe à Belo Horizonte (Etat de Minas Gerais), où son frère Karl habite depuis 1932. Il continue de travailler la sculpture et le dessin figuratif avec une simplification croissante. En 1946, il réalise sa première exposition individuelle à l'association des étudiants de la Enba, à Rio de Janeiro. En 1948, Guignard (1896 - 1962) lui propose de donner des cours de modèle vivant, modelage et sculpture dans la première école d'art moderne de Belo Horizonte, la Escola do Parque [Ecole du Parc], où il restera jusqu'en 1956. Parmi ses élèves se trouvent Amilcar de Castro (1920 - 2002), Farnese de Andrade (1926 - 1996) et Mary Vieira (1927 - 2001).

Dans une recherche incessante de l'essence de la figure, Franz Weissmann réalise des sculptures de plus en plus géométriques, dans lesquelles l'espace vidé apparaît déjà comme un élément de définition. Tout au long de sa carrière, le "vide actif" - comme lui-même nomme ces espaces - devient une obsession. La tridimensionnelle ouverture vers le monde des sculptures de Franz Weissmann naît du jeu entre le plan et ses articulations avec l'élément vidé. En 1951, il réalise ses premières expériences constructives qui aboutissent sur l'oeuvre Cubo Vazado [Cube Vidé] (1951). Cette sculpture, qui est l'une des premières constructives brésiliennes, est rejetée par le jury de la 1ª Bienal Internacional de São Paulo [1ère Biennale Internationale de São Paulo], tandis que Unidade Tripartida [Unité Tripartie], de Max Bill (1908 - 1994), reçoit un prix, encourageant ainsi le développement du constructivisme au Brésil.

Franz Weissmann abandonne définitivement la figuration en 1954. La même année, il gagne plusieurs concours de projets de sculptures publiques, financés par les Etats ou les municipalités. Parmi ces projets, seul le Monumento à Liberdade de Expressão do Pensamento [Monument à la Liberté d´Expression de la Pensée], commandé par l'Associação das Emissoras de São Paulo [Association des Radios Emettrices de São Paulo] et financé par l'Associação Brasileira de Imprensa [Association Brésilienne de la Presse] est édifié à la Quinta da Boa Vista [Villa Boa Vista], à Rio de Janeiro. Le monument sera détruit en 1962, au cours de "restaurations urbaines". Durant 50 années de production, Franz Weissmann s'affirme comme l'un des principaux créateurs de sculptures publiques au Brésil. À propos de cet aspect de son travail, il déclare: "Lorsque l'on me demande de faire une sculpture publique afin qu'elle soit placée en un endroit déterminé, j'étudie cet emplacement afin que mon oeuvre s'adapte à cette atmosphère. (...) Mon travail est de communiquer avec le public, avec les gens, et la meilleure façon de communiquer et de les éduquer est en mettant l'art dans les rues".

Toujours dans les années 50, de retour à Rio de Janeiro, il participe aux expositions du Grupo Frente [Groupe Frente] ainsi qu'à plusieurs Biennales; il signe le Manifesto Neoconcreto [Manifeste Néo-concret] (1959). Il réalise des expériences avec des fils d´acier dans la série des "sculptures linéaires" et avec des formes modulaires, en éliminant toute idée de socle de ses sculptures. En 1957, la direction de la police de Minas Gerais décide de transformer en prison son atelier situé au sous-sol de l'Escola do Parque Municipal [Ecole du Parc Municipal]. En son absence, toutes ses études effectuées pendant son long séjour à Belo Horizonte sont jetées. C´est ainsi que tout le travail de Franz Weissmann des années 40 et 50 fut détruit.

En 1958, il reçoit le prix du voyage d'études à l'étranger, avec l'oeuvre Torre [Tour], lors du 8º Salão Nacional de Arte Moderna [8ème Salon National d´Art Moderne]. Il part l'année suivante en Europe avec sa famille et y reste jusqu´en 1964. Pendant ce voyage, il ne retourne qu'une seule fois au Brésil. Il va également en Orient afin de mieux connaître la philosophie orientale. Il visite plusieurs pays européens et établit sa résidence en Espagne. Il habite quelques temps à Irun, un village de pêcheurs où vit son ami le sculpteur basque Jorge Oteiza (1908 - 2003). Les oeuvres qu'il réalise alors, connues comme "froissé(e)s" mettent momentanément de côté la construction géométrique et sont désignées par les critiques comme un "intervalle expressif" de sa recherche, dont le souci de la matérialité occupe le premier plan.

Il retourne au Brésil en 1965. L'année suivante, il reprend ses expérimentations des formes géométriques et modulaires. En 1967, il présente Arapuca [Arapuca] lors de la 9ª Bienal Internacional de São Paulo [9ème Biennale Internationale de São Paulo]. La couleur en tant qu'élément déterminant de l'espace de la sculpture y est présente pour la première fois. Désormais, les sculptures sans éléments colorés se font plus rares. Au fil du temps, Franz Weissmann demeure fidèle à son processus de création: il ne dessine jamais la pièce qu'il va construire, mais préfère travailler directement sur la matière; il coupe et plie de ses mains les petits modèles, qu´il agrandit ensuite dans une usine métallurgique.



actualisé le 01/10/2013
 
 
Voir sur le Web
 
  Weissmann, Franz - site officiel de l'artiste